The Velvet Underground, noire extravagance

Jusqu’au 21 août, la Philharmonie de Paris rend hommage au cultissime Velvet Underground avec l’exposition « New York Extravaganza ». Au coeur de la contre-culture américaine qui se développe en pleine guerre du Vietnam, la ville voit naître un groupe sulfureux et transgressif dont les mélodies addictives traversent le temps avec élégance. Le Velvet Underground passe en coup de vent de 1965 à 1970 mais laisse une empreinte énorme.

Mélanie Holé

Lire la suite

RY X, dans la beauté de l’instant

 

Ry X a dû être chaman dans une autre vie. Il n’a pas trente ans et nous parle avec l’innocence de l’enfance et la profondeur d’une sagesse ancienne. Sa musique est un juste reflet de sa personnalité. Mélancolique, organique, énergétique, elle nous met en état d’hypnose. Le jeune homme, depuis son Australie natale jusqu’à sa Californie adoptive, a tracé une puissante courbe gravitationnelle qui rallie les clubbers et autres rêveurs extatiques.

Interview et photos : Mélanie Holé

Lire la suite

L’ironie acide de PAUL KLEE

Il y a foule devant le centre Georges Pompidou à Paris ! Cette rétrospective de l’oeuvre de Paul Klee est très en vue. Les quelques 230 pièces exposées abordent toute la carrière du peintre selon un angle singulier. Il s’agit d’apprécier la manière dont l’artiste a sans cesse cherché à dénoncer avec ironie les normes admises par ses contemporains.
L’art, selon lui, a pour vocation de jouer avec la loi, de constituer « une faille dans le système ». Cette expo est sans doute idéale pour s’initier au travail d’un artiste en perpétuelle évolution et dont on apprécie l’esprit libertaire et humaniste.

Texte et photos : Mélanie Holé Lire la suite

« Dans la main droite de Dieu… Psychanalyse du Fanatisme » – Gérard Haddad

Gérard Haddad, psychiatre-psychanalyste, nous donne son analyse du fanatisme dans un essai très accessible. La démonstration est claire, déterminée ; les arguments de type historique et psychanalytique, la thèse limpide : le fanatisme est une maladie. Confession faite dans les dernières pages, lui-même succomba à cette maladie avec le marxisme léninisme ; il passa 12 ans de sa vie allongé sur le divan de Jacques Lacan.

Lire la suite